Bloc-notes depuis Avignon où le festival Off invite l’Amérique latine… et le Brésil en particulier 

Le Brésil présentait cinq pièces de théâtre, Une femme au soleil de Maura Lopes Cançado, Tom à la ferme , Brésil 2016 L’heure de l’effroi, par la compagnie Zabriskie Teatro suivi de Leçons d’émeute et L’œil, d’après E.A.Poe. Le voyage peut se poursuivre ensuite par la visite de la superbe exposition photographique Amazônia de Sebastião Salgado, présentée au Palais des Papes, jusqu’au 30 novembre 2022.

Photo : Palais de Papes

En dégustant une empanada de humita argentine et un maté rue des teinturiers, à La Boca, en pleine effervescence du festival d’Avignon, qui se déroule du 7 au 30 juillet pour le off, et en feuilletant le foisonnant programme de 480 pages, notre regard s’arrête sur plusieurs créations théâtrales en lien avec l’Amérique Latine. Si les centaines de propositions théâtrales permettent au spectateur de faire un large tour du monde, il peut faire escale au Brésil, en Équateur, en Bolivie ou encore en Argentine. Faisons escale pour ce premier feuilleton festivalier au Brésil, qui est bien représenté dans ce festival off 2022.

Le Brésil est représenté par cinq pièces. La première, jouée à La Scierie, s’intitule Une femme au soleil : le texte de l’écrivaine Maura Lopes Cançado est mis en scène par Ivan Sugahara et témoigne du séjour de l’autrice dans un hôpital psychiatrique. La seconde intitulée Tom Na Fazenda/Tom à la ferme est jouée à La Manufacture, mise en scène par Rodrigo Portella et a reçu plusieurs prix. En outre, un « mini » festival à l’intérieur du festival, baptisé « Le Brésil dans le off », se tient au théâtre de l’Atypik, et propose trois pièces soutenues par le Fonds d’Art et Culture de l’État de Goiás ainsi que par l’Ambassade du Brésil en France : Leçons d’émeute, dans laquelle Constantino Isidoro met en scène un texte de Hugo Zorzetti,  L’œil, d’après un texte d’Edgar Allan Poe, mis en scène par João Bosco Amaral et enfin Brésil 2016 L’heure de l’effroi, sur lequel nous nous attardons quelque peu.

Brésil 2016 L’heure de l’effroi, jouée dans le petit théâtre de l’Atypik à 19H05 par la compagnie Zabriskie Teatro met en scène deux hommes, sans abri, vêtus de haillons, se tenant devant un mur au milieu d’un décor de papiers froissés et de déchets abandonnés. Semblables à des personnages de la Commedia dell’Arte, arborant un masque, ils dialoguent et abordent des thèmes d’une actualité brûlante au Brésil, tels la question de la défense de l’Amazonie par les indiens qui y vivent, la dénonciation de la consommation de masse qui implique un déversement de déchets envahissant le monde, la peur de la police, les promesses non tenues du gouvernement de Jair Bolsonaro ou encore l’enjeu de l’eau représenté par ces personnages qui souffrent avec intensité de la soif et de la chaleur. Ici le rêve brésilien est celui de sauter par-dessus le mur, de le détruire, d’aller de l’autre côté, là où la climatisation rend l’air respirable, là où sont les dirigeants politiques, dans un monde utopique offrant une échappatoire à la dureté de la vie quotidienne. Ce mur est le mur du fond de la scène, où sont vidéoprojetés mots et graffitis. Ce mur des inégalités en rappelle d’autres, réels ou invisibles qui séparent les peuples, les cultures, les classes sociales, les pays…

Le spectateur entend également des projections sonores des voix de Lula et de Dilma (Rousseff), voit des affiches en français Bolsonaro dehorson ne paiera pas la facture . La scène appartient pendant une heure de temps au peuple brésilien, aux sans-voix, et en brésilien les comédiens entrainent le public dans les difficultés rencontrées et dans les émotions vécues par toute une population. Le spectateur français prend conscience de la violence des inégalités sociales et des clivages qui séparent les Brésiliens. 

Ces cinq pièces présentes au festival Off d’Avignon sont jouées en brésilien avec sur titrage français offrant ainsi aux festivaliers la possibilité d’un voyage linguistique et culturel au Brésil. Le voyage peut se poursuivre ensuite par la visite de la superbe exposition photographique Amazônia de Sebastião Salgado, présentée au Palais des Papes, jusqu’au 30 novembre 2022, qui immerge le visiteur dans le territoire naturel amazonien et le fait partir à la rencontre des peuples qui y vivent, souvent sans le moindre contact avec le monde extérieur. Les clichés en noir et blanc s’accompagnent d’une composition musicale signée Jean-Michel Jarre dont l’objectif est d’offrir une immersion sonore pour cette belle promenade au cœur du Brésil.

Laëtitia BOUSSARD
Depuis Avignon