Au printemps, faites-vous plaisir en participant aux nombreuses rencontres autour des festivals de cinéma latino-américains en France !

Cela fait maintenant une quarantaine d’années que les festivals de cinéma latino-américains existent en France. Et ils ne cessent de se réinventer après deux années de pandémie qui les ont durement mis à l’épreuve. Les formats en présentiel reviennent à l’ordre du jour et il y en a pour tous les goûts dans les riches programmes proposés : films d’animation, fictions, documentaires, longs métrages, courts-métrages…

Photo : Cinélatino – Toulouse

Au mois de mars se dérouleront plusieurs éditions de festivals. Les premières à débuter sont celles des villes du sud de la France, Bordeaux, Villeurbanne, et Toulouse : Les 39e rencontres du cinéma latino-américain de Bordeaux auront lieu du 16 au 22 mars. Au programme cette année, la décolonialité. L’édition aura lieu en présentiel contrairement aux deux années précédentes et continue à être organisée par l’association France Amérique latine qui s’emploie à diffuser la culture latino-américaine dans la capitale de l’Aquitaine. Dans le même temps, la 38e édition des Reflets du cinéma ibérique & latino-américain occupera la ville de Villeurbanne du 16 au 29 mars 2022, ville qui a d’ailleurs été élue capitale française de la culture pour l’année 2022. Lors de cette édition, six films réalisés par des cinéastes féminines seront projetés, ce qui est une première pour un festival de cinéma latino-américain. Et pour continuer dans la même dynamique qui fait la richesse de ce festival, les différentes langues des régions ibériques et latino-américaines y seront toujours aussi bien représentées via les films diffusés : l’espagnol et le portugais bien évidemment, mais aussi le créole, le quechua et l’aymara. 

Puis il sera l’heure de se rendre au rendez-vous annuel réputé du festival Cinélatino de Toulouse du 25 mars au 3 avril. Lors de cette 34e édition, la quantité de films projetés sera toujours aussi importante que lors des précédentes avec douze longs métrages de fiction et une quinzaine de courts-métrages qui feront leur première française. Vous aurez aussi l’occasion d’y regarder sept documentaires sélectionnés en partenariat avec des associations militantes et d’assister au débat suivant ces projections. Une spécificité du festival cette année est la sélection de films et d’animations autour du tango, cette danse emblématique de la culture latino-américaine, présentés en partenariat avec des associations toulousaines consacrées à la pratique de cette danse. En parallèle des projections cinématographiques, Cinélatino propose différents événements à Toulouse et dans la région. Le festival a ainsi également lieu dans les régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine au travers du partenariat avec l’ACREAMP, l’association Art et Essai dans le Grand Sud-Ouest. 

Plus tard dans l’année aura lieu la 24e édition d’un plus jeune festival de film latino-américain, toujours dans le Sud. Il s’agit des dénommées « Rencontres du cinéma sud-américain » qui aura lieu du 6 au 13 mai à Marseille. Les inscriptions sont toujours ouvertes jusqu’au 28 février, le thème : « Emociones y Praxis » (Émotions et Pratiques). Il faut savoir que l’extension régionale du festival continue : quinze villes, dont Marseille, sont concernées dans le sud de la France dorénavant et les Rencontres ouvrent leurs écrans à des réalisateurs de nationalités diverses et variées. Les rencontres projetteront trente films, et majoritairement de fiction, qui n’ont pas encore été distribués commercialement en France. Comme tous les autres festivals de cinéma latino-américain, celui de Marseille trace le chemin d’un cinéma comme vecteur de culture et comme bien public créant un espace d’échange entre l’Amérique latine et la France, entre des cinéastes, des publics et des acteurs de la Culture dans sa région. 

L’inclusion des jeunes semble importante dans toutes ces éditions présentées. Il existe une chance d’y participer quand on est élève d’une des régions dans lesquelles se déroulent les rencontres, une chance de participer aux jurys scolaires ou de jeunes, et enfin de participer aux sélections pour les plus jeunes âges. L’édition 2022 de Cinélatino propose par exemple un programme spécifique pour les jeunes de six à douze ans afin de participer à la découverte d’un cinéma venu d’ailleurs, ainsi qu’une programmation scolaire au sein de son partenariat régional qui a accueilli environ 3 600 élèves depuis dix ans. Lors des Rencontres à Marseille également, un jury des jeunes et un jury scolaire auront une place tout aussi importante que les autres jurys dans l’attribution des prix.

Julie DUCOS