Belles Latinas Oct.-Nov. 2017

 

Présentation 2017 Invités 2017 Déjà Venus Autour Belles Archives Catalogue

Village – Terre
Lire – Regarder l’Amérique latine 

Pour cette année 2017, Nouveaux Espaces latinos proposent d’abord un avant-goût du festival Belles Latinas en octobre afin de mettre en avant la littérature colombienne dans le cadre de l’année croisée France-Colombie. Entre le 15 et 20 octobre, une dizaine d’écrivains colombiens seront en France dont une partie participeront aux rencontres Belles Latinas. Aussi, pour la première fois de l’historique de notre festival, nous nous sommes associés à l’initiative très intéressante d’éditer une anthologie bilingue de la poésie colombienne avec la participation d’une douzaine de poétesses dont quelques-unes seront en France pour sa promotion.

À partir du mercredi 8 novembre et durant dix jours, une quinzaine d’écrivains se déplaceront dans plusieurs villes en France – notamment en région Auvergne-Rhône-Alpes – afin de participer à des manifestations, lectures, rencontres, projections, expositions et concerts dans le cadre du 16e festival littéraire Belles Latinas (du 8 au 18 novembre) et du 11e festival Documental. Ce dernier, ayant pour objectif de faire découvrir l’Amérique latine par l’image (du 27 novembre au 2 décembre 2017), organise la projection d’une dizaine de films documentaires en compétition, des concerts, des expositions ouverts à tout public et la grande majorité en accès libre. Enfin, comme depuis plusieurs années et grâce au soutien de la Direction régionale des affaires culturelles, les écrivains invités seront aussi présents pour des échanges dans différents lycées, universités et librairies partenaires.

Le visuel 2017 de Belles Latinas nous a été proposé par le dessinateur uruguayen Gervasio Troche, un de nos auteurs invités pour novembre prochain. Son dessin, d’une grande poésie et que nous avons choisi d’intituler « Village-terre », représente ce nouveau monde que nous commençons à percevoir : la planète tout entière est désormais proche de chacun d’entre nous, les distances sont raccourcies, les antipodes accessibles… Mais pour cohabiter, les citoyens du village-monde doivent apprendre à se comprendre

Januario ESPINOSA